Les migrants sous l’objectif de Giorgos Moutafis

Giorgos Moutafis, photographe. © AI

Giorgos Moutafis, photographe. © AI

Giorgos Moutafis est un photographe professionnel, expert dans le domaine de la migration. Cette semaine, il est avec nous à Lesbos pour nous expliquer comment son travail l’amène à partager le quotidien des migrant·e·s et réfugié·e·s.

L’arrivée de migrant·e·s sur l’île de Lesbos est un phénomène auquel Giorgos est très souvent confronté.  Au cours d’un repas, Giorgos nous a a insi affirmé:

«En ce moment même, avec ce beau temps, il est fort probable que des réfugié-e-s soient en train d’arriver sur les côtes de Lesbos.  Hier, 32 migrant·e·s sont arrivé·e·s à Lesbos. »

Il n’est pas rare que Giorgos  soit la première personne que les migrant·e·s rencontrent à leur arrivée à Lesbos.  Il peut souvent lire la peur sur le visage des nouveaux arrivants. Les migrant·e·s lui demandent dans quel pays ils se trouvent, ou comment ils peuvent se rendre à la prochaine station de métro. Il nous a expliqué que lorsque les migrant·e·s entreprennent leur traversée de la mer Egée, c’est souvent la première fois qu’ils voient la mer.

L’important, c’est de gagner la confiance

Le travail de photographe de Giorgos lui permet d’être au cœur du destin de nombreux réfugié·e·s et migrant·e·s.  Il raconte:

«Lorsqu’ils ont peur,  j’ai peur avec eux, lorsqu’ils se réjouissent, je ris avec eux.»

Mais pour pouvoir photographier les migrant·e·s, Giorgos doit tout d’abord gagner leur confiance, ce qui n’est de loin pas facile au vu des expériences traumatisantes que certains migrant·e·s ont pu vivre. Il leur explique donc le but de sa présence, en mettant un point d’honneur à toujours dire la vérité.  Mais ce qui fait vraiment la différence, c’est le temps que Giorgos passe avec les migrant·e·s. C’est pourquoi il n’hésite pas à partager leur quotidien, en voyageant avec eux, en partageant des repas et en buvant du thé ainsi qu’en dormant avec eux.  Les liens qu’il crée avec les migrant·e·s l’amènent donc à rester en contact avec nombre d’entre eux après leur départ de Lesbos.

Photo: Giorgos Moutafis

Odyssey of immigrants through Greece. © Giorgos Moutafis

Le travail de Giorgos avec les migrant·e·s et réfugié·e·s le force à adapter son emploi du temps. Il n’hésite donc pas à se lever à 5 heures du matin ou à rester neuf jours d’affilée dans un port de Lesbos afin de guetter l’arrivée de bateaux de réfugié·e·s. En outre, son travail le rend souvent témoin de situations tragiques. Un de ses souvenirs les plus marquants remonte à décembre 2012 lorsqu’il a photographié le corps de l’un des vingt-trois migrant·e·s qui avaient avaient été trouvé·e·s aux abords de Lesbos.

Lorsque nous lui demandons s’il a un cliché préféré, Giorgos nous montre la photo ci-après d’un groupe de migrant·e·s heureux d’atteindre les côtes grecques. Cette photo symbolise son espoir que la situation tragique des nombreux migrant·e·s et réfugié·e·s qui tentent d’atteindre la Grèce  trouve une fin.

Sur le blog de Giorgos Moutafis, vous pourrez découvrir les destins souvent tragiques qui se cachent derrière ses photos (en anglais).

Découvrez également le travail de Giorgos Moutafis sur son site internet 

Kim-Mai Vu et Daniela Enzler

Advertisements

Über AndreasWassi

Social Media Manager @Amnesty_Schweiz
Dieser Beitrag wurde unter Allgemein veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s